lundi 24 avril 2017

C'est lundi, que lisez-vous #2



Ce rendez-vous hebdomadaire a été créé par Mallou et repris par Galleane.
Il s’agit de répondre à 3 questions :
Qu’est-ce que j’ai lu la semaine dernière ?
Qu’est-ce que je suis en train de lire ?
Qu’est-ce que je compte lire ensuite ?









La semaine dernière, j'ai écouté Le Lion de Macédoine, de David Gemmell. Je l'avais déjà lu il y a longtemps, et le redécouvrir en version audio a été un plaisir, même si les quelques petits défauts constatés à l'époque me sont à nouveau apparût. J'ai également terminé Princess Bride, de William Goldman, et c'est plutôt une déception pour le coup. Plus d'explications dans la chronique !







J'attaque aujourd'hui Ténèbres sur Sethanon, de R.E. Feist, troisième tome de La guerre de la faille. Une honnête saga de fantasy qui ne casse pas trois pattes à un canard (même si le monde imaginé est assez dingue).




Ensuite, j'envisage de me lancer dans Morwenna ! Comme j'ai souvent un métro de retard sur les sorties ... =D


Et vous, quelles sont vos lectures passées, présentes, et à venir ? 


Princess Bride, Wiliam Goldman

"Il était une fois la plus belle des aventures, auréolée par le grand amour, le seul, le vrai. Le conte intemporel de S. Morgenstern -redécouvert et merveilleusement abrégé par Wiam Goldman - est peuplé de personnages aussi inoubliable que Westley, le beau valet de ferme qui risque sa vie pour la femme qu'il aime ; Inigo Montoya, le fabuleux bretteur qui ne vit que pour venger la mort de son père ; Fezzik, le plus doux et le plus fort des colosses... et bien sûr, Bouton d'or : la princesse, la fiancée, la femme idéale, la plus belle de toute l'histoire du monde. Princess Bride : un bijou d'humour et d'émotion, un merveilleux classique devenu un film culte et le roman favori de millions de lecteurs."


Genre : Fantasy

476 pages




"- Et maintenant ? demanda l'homme en noir.

- Nous nous affrontons comme Dieu l'a voulu, dit Fezzik. Pas de trucs, pas d'armes, mon talent contre le vôtre.
- Vous voulez dire que vous allez poser votre pierre, moi mon épée et que nous allons nous entre-tuer comme des gens civilisés ?"







Ohlala ... Il m'a fallu presque trois semaines pour venir à bout de Princess Bride. J'avais tellement envie de l'aimer ce livre, que me résoudre à l'abandonner était impossible. Et pourtant, il m'est plus d'une fois tombé des mains !

L'idée de fond est géniale : William Goldman nous propose de découvrir ici une version, qu'il a lui même abrégé, d'une célèbre conte Florin écrit par le mystérieux S. Morgenstern, que son père lui racontait parfois. Tout cela est fictif bien sûr, et ce petit jeu de mise en scène promettait de savoureux moments. 

Ce conte donc, c'est l'histoire d'une jeune fille magnifique, Bouton d'Or, et de son valet Westley. Il l'aime, et lorsqu'elle le comprend enfin, il lui promet de devenir suffisamment riche pour obtenir sa main. Malheureusement, l'histoire sera bien plus compliquée, et il leur faudra passer par bien des difficultés pour vivre enfin leur grand amour. 



Le livre commence par une introduction centrée sur Goldman nous expliquant, dans un savant mélange de réalité et de fiction, comment il en est finalement venu à écrire cette version abrégée du conte de son enfance. Et problème, ce prologue m'a paru horriblement long, et ni savoureux, ni drôle. J'ai donc sauté quelques pages, pour arriver directement au chapitre un. 

Le charme a opéré pendant quelques pages, puis moins, car Goldman ponctue sa version abrégée de ses propres remarques, nous expliquant pourquoi il y a justement procédé, à ces abréviations. Parfois, cela est assez judicieux, d'autres fois, moins. C'est simple, l'auteur m'a donné l'impression de ne jamais vraiment rentrer dans les détails, ne privilégiant que le côté purement parodique de son histoire. Ajoutez à cela que je n'accroche pas spécialement à son humour (surtout quand il s'agit de ses digressions) ...



Concernant les personnages, je suis moins mitigée. Vous avez peut-être pu lire un peu partout que Bouton d'Or est insupportable, mais cela sert à cette parodie très "capes et épées". Les "méchants" m'ont arraché quelques sourires, et les scènes d'action sont rythmées. L'oeuvre est très mordante dans ces moments-là, et c'était exactement ce que j'en attendais. 

Pour tenter d'atténuer ma déception, j'ai regardé le film (dont Goldman signe le scénario), et je m'en félicite. C'est une petite merveille d'aventures et de moments un peu loufoques. En conclusion ? Le Goldman écrivain ne m'a pas totalement conquise, le Goldman scénariste OUI ! 






À conseiller à ... Les amateurs de capes & épées, Ceux qui cherchent un roman léger.
À déconseiller à ... Personne en particulier, c'est un livre généralement très apprécié.

samedi 22 avril 2017

Le Lion de Macédoine - intégrale, David Gemmell

"Quatre cents ans avant Jésus-Christ. Sparte l'orgueilleuse, la cité guerrière, célèbre ses victoires... et plus personne n'écoute les oracles. Pourtant les présages se multiplient. Une guerre se prépare. Plus terrible que toutes celles qui n'ensanglanteront jamais la Grèce, elle mettra en jeu le sort de l'humanité. Le Dieu Noir s'est éveillé, il patiente dans l'ombre. Lorsqu'il prendra forme humaine, le mal déferlera sur le monde. Mais il reste un ultime espoir. Qui en sera porteur ? Xénophon, le glorieux général athénien ? Tamis, la sombre prêtresse qui manipule les fils de la destinée ? Ou Parménion, ce jeune sang-mêlé qui ose tenir tête aux descendants des rois..."

Genre : Fantasy 
Livre audio (environ 781 pages, soit 18 heures d'écoute)




Pour ma toute première écoute d'un livre audio, j'ai choisi de me replonger dans une histoire que je connais bien, pour l'avoir lue il y a quelques années. Unique Gemmell de ma bibliothèque, c'est aussi un sacré morceau (781 pages avec police minuscule dans mon édition intégrale de chez Mnémos) que j'avais envie de redécouvrir. Le format du livre audio a été parfait pour ça.

Nous suivons TRÈS principalement le personnage de Parménion, jeune sang-mêlé mi-sparte, mi-macédonien. Habitant à Sparte justement, il y a toujours été traité comme un paria par les autres habitants et par ses camarades de caserne. Car Parménion est un apprenti soldat, et très doué en plus. Excellent combattant et stratège prodige, ses multiples talents suscitent jalousie et ressentiment, et son caractère excessif n'arrange rien. Aussi, lorsqu'il se distingue au détriment du fils du Roi lors d'une épreuve prestigieuse, sa vie est rapidement mise en péril et il finit par quitter la cité, direction Thèbes, où son incroyable destinée auprès des plus grands commence.

La narration change parfois de point de vue pour nous rapprocher de Tamis, une vieille prêtresse qui a de bien sombres présages à empêcher. En effet, une entité mystérieuse, "l'esprit du Chaos", met lentement en place son arrivée, pour semer le trouble parmi les Hommes.




Ce qui est fascinant dans ce livre qui s'inscrit dans la mouvance plus mythologique/antique de la fantasy est que Parménion a réellement existé. Général émérite sous Philippe II de Macédoine, puis sous celui de son fils Alexandre le Grand, il a vécu dans la période entre -400 et -300. Si les historiens connaissent plutôt bien son destin à l'âge adulte, bien peu de choses sont avérés sur le déroulement de son enfance et de son adolescence, ainsi que de ses jeunes années. Et c'est là que la plume et l'imagination de David Gemmell entrent en jeu. Sobriété pour la rigueur historique alternant avec phases magiques pures, l'utilisation de l'Histoire avec un grand H est parfaitement dosée, et l'on navigue sans cesse entre merveilleux et action. Gemmell a un réel don pour relater les batailles, qu'elles impliquent peu d'adversaires ou qu'elles soient titanesques. 

Tout le long du récit, un défilé des Grands de l'époque s'orchestrent, avec parfois les deux pieds dans la fantasy ; je pense notamment à ce moment hors-norme avec Aristote, et les gorgones, minotaures et autres centaures qui rôdent par-ci par-là. 


Parménion, coincé entre Jared Leto et Colin Farrell. 



Malheureusement, le récit n'est pas exempt de défauts. Les faits historiques relatés, dans lesquels Gemmell nous explique en détail le rôle essentiel (et fictif), surtout dans la période Alexandre, prennent un air d'énumération machinale. L'histoire d'amour est maladroite et les émotions ne sonnent pas justes.


Et l'expérience audio ? Cela a été indéniablement plaisant, car avant tout, la voix était parfaite et m'a bien accroché. Cependant, je ne suis pas totalement sûre de réitérer la chose. Écouter un livre audio sans rien faire de mes mains m'a quelque peu lassé au bout d'un moment, alors je me suis adonnée à d'autres tâches en même temps, et mon attention a eu tendance à baisser. Le format ne m'est tout simplement pas forcément adapté. 


À conseiller à ... Aux amateurs de mythologie, aux amateurs de fantasy guerrière,  aux fondus d'aventures. 

À déconseiller à ... Personnes tatillonnes concernant l'Histoire, Lecteurs rebutés par la mythologie, les batailles, et la période Antique.




mardi 11 avril 2017

Top Ten Tuesday #1 - 10 romans anglophones pour se lancer dans la lecture

Le Top Ten Tuesday est un rendez-vous hebdomadaire initié par The Broke and the Bookish et repris en français par Iani puis par Frogzine.



LES LIVRES DE LA COLLECTION HARRAPS "YES YOU CAN"



Une collection que je suis ravie d'évoquer. Le principe est simple : pas de traduction page à page mais quelques pistes pour les phrases et expressions compliquées, un contexte historique. Dis très simplement, tout ce qu'il faut pour réellement se mettre à la VO ! Les titres que j'ai sélectionné ne sont qu'un exemple pour bien montrer que cette collection n'édite pas que des classiques, mais de tout, pour tout le monde. 

HARRY POTTER, J.K. ROWLING


Évidemment. Pas parce qu'on l'aime, mais parce que la plume de J.K. Rowling est simple et érudite à la fois, enlevée et drôle. Un plaisir, rien que pour les noms originaux des lieux et personnages.


JANE EYRE, C. BRONTË




Une lecture déjà un peu plus ardue, mais qui me semble idéale pour se frotter à un anglais un peu plus ancien. 


LE CRIME DE L'ORIENT EXPRESS, AGATHA CHRISTIE




Quoi de mieux qu'une enquête de Poirot ? Le livre est relativement court et simple à comprendre, et on ne butte que sur très peu de mots.


UN CHANT DE NOËL, DICKENS




Le premier livre que j'ai lu en anglais. Dickens est un auteur essentiel de cette langue, et A christmas carol un livre à mettre entre toutes les mains. 

lundi 10 avril 2017

Le baiser du fer (Mercy Thompson #3), Patricia Briggs

""Je retroussai mes babines pour lui donner une bonne vue de mes crocs. J'avais beau ne pas peser plus de quinze kilos sous ma forme de coyote, j'étais néanmoins un prédateur..."
La forme de Mercy Thompson est peut-être changeante, mais ce n'est pas le cas de sa loyauté. Lorsque son ancien patron et mentor est arrêté pour meurtre et abandonné par les siens, Mercy est la seule à vouloir l'innocenter, qu'il le veuille ou non.
Le coeur de Mercy , quant à lui, est à l'image de la nature de sa propriétaire : partagé. il balance entre deux loups-garous. Or, ces derniers ne sont pas réputés pour leur patience, et si elle ne parvient pas à faire un choix, Sam et Adam s'en chargeront peut-être pour elle..."


Genre : Bit- lit
410 pages



Mes expériences avec la Bit-lit / romance paranormale / urban fantasy (comme chacun veut) n'ont pas toujours été des meilleures. Comme dans tous les genres, bien sûr, il y a du bon et du mauvais, mais à une époque, il y a de cela à peine quelques années, il existait un tel afflux de nouvelles sagas tous les mois que la quantité a primé sur la qualité œuvres. Les codes étaient toujours les mêmes : triangle amoureux, scènes de sexe, intrigues résolues à la va-vite, profusion de créatures en tout genre, héroïne virginale bien souvent idiote, et des incohérences à n'en plus finir ... 

Mercy Thompson, découverte seulement l'année dernière, se situe clairement du bon côté de l'affaire. Jeune femme de caractère de presque trente ans, mécanicienne ultra-compétente propriétaire de son propre garage, elle jouit d'une capacité assez exceptionnelle : elle peut se transformer, à volonté et quand elle le désire, en coyote.



Un coyote, pour celles et ceux qui comme moi, ne sont pas trop certains.




Mercy est la seule de son espèce à sa connaissance et tient à garder le secret au maximum (question de sécurité). Elle mène plutôt une vie solitaire, même si depuis les deux premiers tomes, les choses ont changé : elle est la voisine d'un chef de meute Loup-Garou et bénéficie de sa protection, et de quelques ami(e)s au passage. Les loups-garous, tout comme d'autres espèces (faes, vampires, ...) ont révélé/sont en train de révéler leur existence au monde, de la manière la plus paisible possible, et cette saga prend donc place dans un monde qui a conscience de l'existence des créatures surnaturelles.

Dans ce tome trois, elle va se battre pour prouver l'innocence d'un de ces amis fae, celui-là même qui lui a tout appris en matière de mécanique. Bien sûr, tout ne sera pas simple et Mercy n'en ressortira pas indemne DU TOUT. Elle devra essayer de percer l'aura de mystère qui entoure le monde des faes - ce que ces dernières ne supportent pas, se rapprocher d'un groupuscule anti-faes, tout en faisant un choix sentimental important (présenté comme un triangle amoureux dans ce résumé, alors qu'il ne s'agit pas vraiment de cela) entre ce fameux voisin, Adam, et son amour de jeunesse, Samuel, un loup vieux de plusieurs siècles.

J'ai bien apprécie ce tome 3 des aventures de Mercy jusqu'à un certain point. Action, réflexion, suspense, drame et même humour sont au rendez-vous de cette série sans autre prétention que de nous divertir. Patricia Briggs sait quel monde elle a eu envie de créer et de mettre entre nos mains, et a indéniablement le talent nécessaire pour le décrire. On s'ennuie peu et aucune longueur n'est a déploré.





Florilèges de couvertures pas toujours évocatrices de l'action ...



Par contre, il y a un tournant dans ce livre, une certaine scène qui fait que Mercy Thompson n'est plus une lecture légère dorénavant. J'ai terminé ma lecture la veille au soir et il m'a fallu un long moment de réflexion pour me faire une opinion sur ce qu'il arrive à Mercy à un moment donné, lors de ce qu'on qualifierait de combat final. Puis finalement, il m'a semblé qu'aussi abject que soit l'évènement, cela arrive bien trop souvent dans la vraie vie pour s'empêcher d'en parler. Alors oui, c'est choquant, mais au vu des réactions de la meute, etc ... etc ... Je crois que Patricia Briggs a clairement pris le parti de traiter les évènements sous le bon angle, à la différence d'autres sagas bit-lit qui en avaient un traitement autrement plus douteux ...


À conseiller à ...  Je ne sais pas vraiment.

À déconseiller à ... Aux âmes sensibles.


EnregistrerEnregistrer